ZACHARIA BITAR : DISTINCT DESIGN | YET

Vous êtes enseignants ? C'est par ici !

Quel est ton projet  ?

Il faut savoir que tous les 18 jours, les publicités qui arpentent les boulevards bruxellois sont destinées à l’incinération. C’est pourquoi j’ai décidé de les récupérer : ce sont des bâches riches en coloris, résistantes et imperméable. Par la suite, je décline une gamme d’accessoires bagagerie qui va du porte carte, portefeuilles au sac à dos sac de sport. En plus d’être écoresponsables, on se veut social et de circuit court et donc on fait appel à des ateliers de réinsertions sociale ou de travail adapté.

C’est vraiment de la recup’ d’un matériau qui est donc un déchet on veut vraiment l’utiliser comme un matériau à part entière pour créer des produits de qualité, durables et tendances.

Alors ça a débuté comment ?

En rhéto, j’ai participé aux mini entreprises et j’avais déjà lancé une idée similaire et on était en demi-finale belge, on a eu des grands retours donc c’était un chouette exercice. Puis l’année s’est terminée et ça m’a laissé un peu amer, j’avais goûté à l’entrepreneuriat, j’avais une chouette idée en tête.  J’avais pris gout à la recherche de fournisseurs, d’investisseurs, de matière premières… j’avais vraiment ce besoin d’entreprendre. Il y a deux ans, j’ai décidé de lancer officiellement le projet, j’avais 21 ans, aujourd’hui j’en ai 23 c’est vraiment deux ans d’essais/erreur, de mise en place. Je suis pour l’instant sous le statut d’étudiant entrepreneur et j’étudie le marketing à l’ISFCE car j’ai pu associer mes journées d’entrepreneurs aux cours du soir de l’établissement.  

Comment gères-tu ton temps d’étudiant-entrepreneur ?

C’est à la fois ma clé de réussite et mon challenge au quotidien : gérer mon temps ! Je décide très clairement de répartir mon temps, cette matinée sera dédiée à mon activité scolaire, le lendemain à mon activité professionnelle et une fois que la priorité est donnée, je ne déroge pas à ce que je me suis fixé. Je me donne mon propre rythme. Il faut s’analyser et ne pas se prendre à sa propre ambition. Il faut savoir s’arrêter et se repositionner.  Se dire : « ok, là j’ai besoin de me consacrer à cette tâche et le reste peut attendre. Si l’idée était là hier, l’idée sera là demain ». Il ne faut pas se presser, je crois que c’est le pire pour se bruler les ailes.

3 conseils à donner à un futur jeune entrepreneur ?

Il ne faut pas avoir peur de sa jeunesse, ton  interlocuteur a  été jeune comme toi, il a eu ses premières contraintes, son premier job et va te comprendre.

Il faut s’entourer des bonnes personnes, on a pas toutes  les capacités dans tous  les domaines, on ne sait pas tout faire. Il faut connaitre ses limites et  savoir s’entourer des personnes qui peuvent nous aider au mieux.

On a toujours peur qu’on nous pique une idée et c’est complètement faux ! Il ne faut pas hésiter à parler : le réseau c’est la clé.

Les pièges à éviter ?

Il faut s’entourer des bonnes personnes et je le dis au pluriel. Pour ma part,  je  me suis  entouré au départ d’un seul atelier et je me suis arrêté à un partenaire à qui  j’ai légué toute la production et la moitié de ma production était ratée car je n’avais pas de filet de secours ayant tout  misé sur lui. Il ne faut pas s’arrêter à la première personne qui a dit oui

Plus d’informations : www.distinctdesign-store.com

Articles similaires

Lancer ta start-up quand tu es encore aux études : une vraie bonne idée ? Mark Zuckerberg, Bill Gates et Steve Jobs l’ont fait… Pourquoi pas toi ? Plus près de chez nous, Tarik...
Kamil Kawkabani, 24 ans, a toujours été attiré par la vie d’auto-entrepreneur. Bientôt diplômé, il a décidé de lancer Boneato, un système d’abonnement pour bars et restaurants à...
Portrait de Yannick Renuart - participant à Boost Your Project avec son projet "The Natural Reset" Quel est ton projet ? The Natural Reset est un hébergement de...
Créer son job, c'est possible ? Créer leur propre métier, c'est le défi que se sont posé les quatres entrepreneurs que nous avons choisi de suivre dans cet article. Chacun, à...