Créer son job, c'est possible ? | YET

Créer son job, c'est possible ?

Créer leur propre métier, c'est le défi que se sont posé les quatres entrepreneurs que nous avons choisi de suivre dans cet article. Chacun, à un moment de sa vie, a décidé de sauter le pas et de se lancer dans l'aventure de l'entrepreneuriat.

  • Maryan (27 ans) et Casa Canaima proposent des plantes décoratives, aromatiques et médicinales dans des pots recyclés ou upcyclés.
  • Samy (22 ans) a créé Funkidz, un service d'animation pour les enfants de 4 à 12 ans.
  • Franck-Victor (21 ans) est le fondateur de Civix, une plateforme non partisane et gratuite destinée à aider les belges à voter en connaissance de cause.
  • Cléo (presque 30 ans) a fondé Croque-Madame, une entreprise de services funéraires durables et sur mesure.

Start with "Why ?"**

L'idée de créer son job n'était pas forcément présent depuis toujours chez nos jeunes entrepreneurs.

  • Samy pensait que c'était réservé à une certaine forme d'élite. Mais un job d'été en Sicile où il était animateur pour le compte d'un tour opérateur lui a rappelé sa passion pour l'animation des enfants. Et cette voie s'est imposée à lui comme un choix de vie. Un pub sur Facebook l'enjoignant à intégrer un incubateur a eu fini de dissiper ses doutes.
  • Franck-Victor était encore étudiant en bachelier quand il s’est rendu compte de l’urgence d’agir pour réenchanter le fait politique chez les électeurs, jeunes et moins jeunes. Il sentait qu’il fallait impérativement faire quelque chose pour relancer l’intérêt pour la politique au sein de la population. Et l’envie est venue de ce constat. Il jongle désormais entre son cursus universitaire et son projet.
  • Cléo aurait pu se satisfaire de sa position confortable d’employée d’une entreprise funéraire. Mais elle a décidé de prendre sa place dans un milieu plutôt macho et peu enclin à laisser voix au chapitre à une femme, jeune de surcroît. Ce qui la différencie des autres ? Elle tend vers le zéro déchet. Un peu plus ou un peu moins, selon le choix du client.
  • Maryan a fait la douloureuse expérience d’être licenciée lors d’un arrêt maladie. Cela lui a permis de se rendre compte qu’il n’y a de sécurité nulle part. Alors autant promouvoir ses valeurs et faire ce qu’on aime ! D’autant qu’elle fourmille d’idées qu’elle consigne dans un petit calepin pour le jour où. Il lui suffisait « juste » de sélectionner la meilleure.

Des motivations très différentes à chaque fois. Mais une envie commune de donner du sens à leur quotidien et à vivre de leur passion.

De l'importance d'être bien entouré

Se lancer peut sembler stressant. A fortiori quand on n’y connait pas grand-chose. Heureusement, l’écosystème entrepreneurial belge est en plein boom depuis quelques années déjà. Et l’offre en termes d’incubateur est variée. Il « suffit » de postuler… Et d’être sélectionné, bien-sûr.

Maryan et Samy sont passés par Boost Your Project, l’incubateur des jeunes bruxellois. Cléo a lancé son activité grâce à JobYourself, une coopérative d'activités qui permet de tester son activité tout en bénéficiant d’un coaching. Franck-Victor, le benjamin, est encore aux études. Conjointement à son Master en Droit, il suit la formation Interdisciplinaire en Création d'Entreprise (CPME) de l’UCL. Et il est aussi passé par le Start.LAB.

L’incubateur leur a permis d’acquérir une méthodologie de travail. Inutile de directement lever des fonds et voir trop grand. Pas après pas, ils ont lancé un produit qui a su trouver son public. Samy enrichit son catalogue de personnes d’événement en événement. Franck-Victor a eu la chance de lancer une application déjà complète et qui fonctionne. Mais à l’avenir, il pense plutôt l’enrichir fonctionnalité après fonctionnalité.

Start now**

Quand on leur demande quel a été pour eux le bon moment pour se lancer, nos jeunes entrepreneurs sont unanimes : le bon moment, c’est maintenant. Comme dit l’adage et le rappelle Cléo : « il vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets ». Pragmatique, Maryan suggère d’y aller quand la peur de se lancer est moins importante que l’envie de réussir.

Évidemment, cela demande quelques sacrifices. La vie sociale et les loisirs peuvent en prendre un certain coup. Mais la gratification de pouvoir vivre (ou presque) de ce qu’on aime tout en étant en accord avec ses valeurs justifie de renoncer à tout cela. Et ce sacrifice n’est que temporaire, le temps que la méthode se mette en place.

"Celui qui ne tente rien ne se trompe qu'une fois"**

Le carnet de commande de Samy ne désemplit pas, il a dû recruter des renforts en urgence et il pense désormais à investir le créneau des escapades en amoureux. Yourte ou bubble house, l’avenir nous le dira. Cléo se réjouit de voir le législateur changer les textes afin d’ouvrir la porte à la discussion autour de nouveaux moyens d’inhumation. Maryan consacre une partie de son temps en Recherche et Développement. Après l’optimisation de la formule du Papercrete (mélange de papier et de béton ou de chaux), elle s’attèle désormais à développer une nouvelle gamme de contenants en Precious Plastic. Et Franck-Victor voit son activité se développer tant en Belgique qu’à l’étranger (entre autre le projet « Municipalité 2020 » en France).

Alors, « créer son job, c’est possible » ? Oui bien sûr ! Mais à condition d’être bien conseillé. Pousser la porte d’un incubateur est certes la décision la plus sage pour se confronter à la réalité tout en recevant du coaching. 

On peut tomber dans l’échec à n’importe quel moment. Même quand on est employé et qu’on pensait bénéficier d’une certaine sécurité. Par contre, on n’a qu’une vie pour entreprendre ce qui nous nourrit. À entendre nos jeunes entrepreneurs, il semblerait que cela soit le premier pas qui coûte le plus. Mais au vu de leur enthousiasme communicatif, la gratification de voir leurs projets respectifs prendre de l’ampleur leur a manifestement fait oublier les craintes qu’ils ont pu avoir à leurs débuts. Souhaitons leurs encore de beaux succès.

Pour suivre leurs projets

**les lectures inspirantes de nos jeunes entrepreneures :

  • Simon Sinek - Start with Why
  • Derek Sivers - Start now
  • Lao Tseu - "Celui qui ne tente rien ne se trompe qu'une fois"